A propos boogieoneandrenardo

BOOGIE ONE et RENARDO,une paire de bédéastes qui rentre par la grande porte dans la cour des grands avec perte et fracas.Leur diluvien potentiel prés à se déverser sur le pauvre monde tel les 7 plaies d'égypte,prophétique comme la Tora,la Bible ou le Coran.Une révolution totale dans l'histoire de la BD,de l'art sequentiel comme l'appelle Scott Mac Cloud,du Manga comme l'appelle les nippons,du comic strip à l'américaine ou des hyérogliphes comme les appellaient les sus-dis égyptiens. Mais tout d'abord presentons nos deux mysterieux comparses: BOOGIE ONE tout d'abord(a.k.a SOL BADGUY,a.k.a BARNEY GUMBLE,a.k.a BLACK UNICORN,a.k.a ROYALE RAIE MANTA,a.k.a CAPITAINE DE L'AMOUR,a.k.a ASTROBOG etc...)Aprés avoir fui la ville de saint Raphel poursuivi par toutes les polices et toutes les pégres du globe pour des fait que nous passerons sous silence pour preserver sa précieuse intégrité physique il se réfugie à PARIS ou il évolue dans le plus obscur Underground et fréquente les millieux interlopes.Aprés avoir litterallement recouvers les murs de la capitale de l'obscur symbole cryptique du Bureau Chaos qu'il fonda avec le non moins étrange artiste PRAY c'est justement dans une crypte de la sainte chappelle sur l'ile de la cité qu'il rencontre un vieux scribe du moyen age qui l'initie à la calligraphie, au maniement de la plume de la plume de corbeaux et à d'autres pratiques inavouables entre deux soirée DRUM & BASS dans les catacombes.Devenu maitre dans l'art du trait,fatigué de l'odeur de moisi et de l'obscurité des caves,il décide de retourner sur la french ou il retrouve son vieil ami RENARDO. RENARDO quand à lui aprés avoir cotoyer de nombreuse la mafia des bars Raphaélois en tant que barman,passé maitre dans l'art complexe des coktails de fruits, sent le mystique appel de la vague spirituelle comme BODY dans point break et s'éxile dans les environs d'Osegord planche de surf et baluchon sur le dos.Là,l'océan lui méme s'adresse directemment à lui"La couleur RENARDO,la couleur!"avec une voix venu des abysses.Coraux,poisson crustacés,algues,varech,mollusques,moules et huitres joignent leurs esprits pour faire exploser au fond du sien un arc au ciel aux couleurs extrerieurs à celles du cerce chromatique.Il atteind l'eveil et méditedes années dans sa combinaison.Il surfe des vagues aux proporsions éfarantes aux quatres coins du globe,de Bali à Hawai en passant par Tavarua et San Diego,mais surtout son spot secret:Saint Aygulf,pour lequel il reviend à st Raphael ou il reconnecte avec BOOGIE ONE. Alors s'opére une miraculeuse synérgie,celle de la couleur et du trait,BOOGIE ONE & RENARDO,commence par un format de planches de 4 cases,mais il se rendent vite compte que l'éxiguité de ce format ne peut contenir l'immense étendue de leur talent.Il ajoutent donc une case finale contenant la chutte hilarante de l'histoire,format qui bien sur,dans l'avenir est amené à devenir le canon universel de la bande déssiné,une idée géniale,on avait rien vu de plus novateur depuis l'impressionisme,voir l'invention de 'agriculture au néolithique.Mais le monde est il prés à encaisser une telle qualité d'imagination et d'éxecution,sommes nous à l'aube d'une nouvelle Renaissance?Quoi qu'il en soit le mouvement est lancé et rien ne pourra l'arréter,ni l'Otan,ni l'onu,ni larmée française et sa force licorne.

Mais qu’est ce que ça peut bien être ?

BOOGIE ONE et RENARDO, une paire de bédéastes qui rentre par la grande porte dans la cour des grands avec perte et fracas.Leur diluvien potentiel prêt à se déverser sur le pauvre monde tel les 7 plaies d’Egypte, prophétique comme la Tora, la Bible ou le Coran. Une révolution totale dans l’histoire de la BD, de l’art sequentiel comme l’appelle Scott Mac Cloud, du Manga comme l’appelle les nippons, du comic strip à l’américaine ou des hyérogliphes comme les appellaient les sus-dis égyptiens.

Mais tout d’abord présentons nos deux mysterieux comparses:
BOOGIE ONE tout d’abord (a.k.a SOL BADGUY, a.k.a BARNEY GUMBLE, a.k.a BLACK UNICORN, a.k.a ROYALE RAIE MANTA, a.k.a CAPITAINE DE L’AMOUR, a.k.a ASTROBOG etc…) . Après avoir fui la ville de Saint Raphael poursuivi par toutes les polices et toutes les pégres du globe pour des fait que nous passerons sous silence pour preserver sa précieuse intégrité physique il se réfugie à PARIS ou il évolue dans le plus obscur Underground et fréquente les millieux interlopes. Aprés avoir littéralement recouvert les murs de la capitale de l’obscur symbole cryptique du Bureau Chaos qu’il fonda avec le non moins étrange artiste PRAY c’est justement dans une crypte de la sainte chappelle sur l’ile de la cité qu’il rencontre un vieux scribe du moyen age qui l’initie à la calligraphie, au maniement de la plume de corbeaux et à d’autres pratiques inavouables entre deux soirées DRUM & BASS dans les catacombes.Devenu maitre dans l’art du trait, fatigué de l’odeur de moisi et de l’obscurité des caves, il décide de retourner sur la french riviera où il retrouve son vieil ami RENARDO.
RENARDO quand à lui après avoir côtoyer de nombreuses la mafia des bars du sud de la France en tant que barman, passé maitre dans l’art complexe des cocktails de fruits frais, sent le mystique appel de la vague spirituelle comme « BODY » dans « Point Break » et s’exile dans les environs de Ondres en ciao rouge, planche de surf et baluchon sur le dos.Là, l’Océan lui même s’adresse directement à lui : « La couleur RENARDO, la couleur ! » avec une voix venu des abysses.Coraux, poissons, crustacés, algues, varech, mollusques, moules et huitres joignent leurs esprits pour faire exploser au fond du sien un arc au ciel aux couleurs extérieurs à celles du cerce chromatique. Il atteint l’éveil et médite des années dans sa combinaison. Il surfe des vagues aux proportions effarantes aux quatre coins du globe, de Bali à Hawai en passant par Tavarua, San Diego et Cabarete, mais surtout son spot secret : Saint Aygulf, pour lequel il revient à Saint Raphael où il reconnecte avec BOOGIE ONE.
Alors s’opère une miraculeuse synergie,celle de la couleur et du trait, BOOGIE ONE & RENARDO commencent par un format de planches de 4 cases,mais il se rendent vite compte que l’exiguité de ce format ne peut contenir l’immense étendue de leur talent. Ils ajoutent donc une case finale contenant la chute hilarante de l’histoire,format qui bien sûr,dans l’avenir est amené à devenir le canon universel de la bande dessinée, une idée géniale, on avait rien vu de plus novateur depuis l’impressionnisme,voire depuis l’invention de l’agriculture au néolithique. Mais le monde est il prêt à encaisser une telle qualité d’imagination et d’exécution, sommes nous à l’aube d’une nouvelle Renaissance? Quoi qu’il en soit le mouvement est lancé et rien ne pourra l’arrêter, ni l’Otan, ni l’Onu, ni l’armée française et sa force licorne.

Publicités